Cosmétiques naturels, bio, conventionnels ?

Des ingrédients toxiques et polluants dans les cosmétiques conventionnels classiques ?

Un produit avec des matières synthétiques, non durables, inertes, à éviter pour notre santé

Des ingrédients non biodégradables, polluants pour l’environnement

Des ingrédients inutiles, des silicones c’est-à-dire du plastique, de la pétrochimie comme les huiles minérales, la vaseline, la paraffine, des parfums synthétiques, des colorants synthétiques, des conservateurs polémiques pour la santé avec des dérivés chlorés, phénoxyéthanol…

Les conservateurs !!! les parabens, les fameux perturbateurs endocriniens, irritants, allergènes…

Des actifs ?

Pourquoi cette cosmétique ?  des cosmétiques inoffensifs ? quelle transparence ? une réglementation qui évolue, des ingrédients interdits, des polémiques…

Une cosmétique naturelle

Des ingrédients naturels issus du monde végétal ou minéral

Non certifiée bio, des conservateurs à vérifier à la loupe, des qualités d’huiles végétales et de beurres à vérifier, raffinés ou pas…

Naturel mais … une formule à vérifier

Une formule bio

Une certification bio avec un maximum d’ingrédients bio autorisés par le label

Un maximum d’ingrédients végétaux, des huiles végétales, des eaux florales, des tensioactifs d’origine végétale, des actifs extraits de végétaux, des gélifiants d’origine végétale, des parfums d’origine naturelle, des colorants issus des minéraux et végétaux.

Des conservateurs avec un choix restreint autorisé par le label

Sans pesticides

Une formule à vérifier

Apprendre à décrypter la liste INCI

Inci ou International nomencalture of cosmetics ingredients est la liste des ingrédients qui s’affichent sur votre cosmétique dans l’ordre décroissant.

Aucune obligation d’affichage en dessous de 1 %

Les composés aromatiques et allergènes apparaissent en fin de liste qui sont en général les conservateurs et des composés ou non d’ingrédients comme des molécules d’huiles essentielles.

Le nom latin suivi de « oil » désigne une huile végétale naturelle c’est-à-dire un corps gras extrait d’une plante oléagineuse et « cera » pour une cire végétale .

« Water » peut désigner l’eau ou une eau florale /hydrolat si il est précédé du nom de la plante

Les 26 allergènes qui ont été retenus selon la règlementation en cosmétique sont obligatoirement étiquetés dès lors qu’elles sont présentes. On retrouve certains allergènes en cométique bio qui sont des molécules présentes dans la composition des huiles essentielles comme citronellol, geraniol, limonène… Les huiles essentielles sont très riches en actifs de plantes et chacune des huiles essentielles a une carte d’identité, un chémotype avec un nombre de molécules. Il est conseillé de les utiliser avec précaution.

Ces allergènes ne provoquent pas forcément de réaction cutanée. Il est recommandé de faire un test cutané pour tout ingrédient ou produit 48 H avant l’utilisation.

Quel ingrédient, quel sens dans ce produit cosmétique ?

Une liste épurée d’ingrédients pour un cosmétique de qualité

Les 6 premiers ingrédients de la liste représentent 70 % de la formule !

Moins de pétrole et plus de nature…

Un petit lexique d’ingrédients toxiques à éviter

Phtalates : solvants, fixateurs, conservateurs, parfum synthétique, cancérigène…

Paraffine, petrolatum, synthétic wax : huile minérale issue de la pétrochimie, des composés indésirables économiques dans de nombreux cosmétiques comme les sticks à lèvres et susceptibles de s’accumuler dans le foie, et aussi cancérigène, néfastes pour la santé et l’environnement.

Parabens, methyl, éthyl, propyl-paraben, butylparaben : conservateurs synthétiques et perturbateurs endocriniens. Ils se fixent dans l’organisme.

Phénoxy éthanol ou ether de glycol : conservateur ou solvant.

PEG et PPG : polyéthylèneglycol et polypropylèneglycol : solvants humectants, conservateurs, émulsifiants, très polluants.

BHT et BHA : butylhydroxytoluène et butylhydroxyanisole : antioxydants synthétiques, irritants.

Silicone, dimothicone, cyclohexasiloxane : émollient et émulsifiant d’origine synthétique, très polluant. Ce sont des substances occlusives pour la peau. Il s’agit de matières plastiques.

Triclosan : antibactérien…

Benzophenone, oxybenzone 8 : filtres solaires, potentiels perturbateurs endocriniens.

Butylpherylmethylptopional ou lilial ou BMHCA : un génotoxique potentiel susceptible de compromettre notre patrimoine génétique

Colorants synthétiques : CI + 5 chiffres, la polémique des colorants capillaires

Les perturbateurs endocriniens sont à éviter au maximum.

Des matières premières faciles à produire et moins chères ! Le consommateur ne devrait-il pas s’interroger ?… et refuser

Prendre soin de soi et des autres ou s’empoisonner !?

Cette liste n’est pas exhaustive… et les enjeux sur notre santé aussi !

L’ effet cocktail de l’utilisation de ces ingrédients est difficile à estimer mais l’on peut retenir cette citation « c’est la dose qui fait le poison » de l’alchimiste et précurseur de la toxicologie : Paracelse, médecin philosophe et théologien laïc suisse et précurseur de l’homéopathie (1493-1541).

D’autres alternatives existent ! à vous de choisir

Des produits labellisés en bio, des labels privés

Des labels avec un cahier des charges différent…

Nature et Progrès sur la base de critères très exigeants, Ecocert, Cosmebio, BDIH, Natrue avec 3 niveaux de certifications, Agriculutre bio celui de l’Europe, Cuelty free and vegan centré sur le règne animal, le label Demeter pour les produits alimentaires…

Le syndicat de simples, 100 % bio et local et regroupe des producteurs, cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques avec un cahier des charges très strict

Et la mention Slow Cosmétique qui n’est pas un label mais rassemble des valeurs pour une cosmétique intelligente, raisonnable, écologique, humaine et éthique.

Certaines marques bio utilisent un marketing excessif sans réel résultat. Certains produits n’ont pas de label mais sont honorables. Vous devez apprendre à décrypter vos cosmétiques pour une meilleure connaissance des ingrédients et propriétés ! Attention aux termes du marketing et le greenwashing ou « écoblanchiment »… un produit écologique ou presque rien d’écolo !

Faire ses cosmétiques et participer aux ateliers de cosmétiques au naturel et bio avec Le Grimoire de Sandrine est une alternative pour se lancer dans une cosmétique propre et durable.